Instantanés

Instantanés

Le désert blanc

Le désert blanc

                                                 ou

La nature sculpteur

 

Le désert blanc est situé à environ 400 km à l'ouest du Caire. En y allant, faites d'abord un crochet pour assister au coucher du soleil sur le  lac Qaroun près du Fayoum. Vous y verrez ses reflets rouges et roses sur l'eau agitée par des ondes frémissantes pendant que des ibis et d'autres oiseaux piquent du bec. C'est un moment enchanteur.

Sur votre route, passez une nuit dans la vallée des baleines dans le désert du Fayoum. Dans un campement qui se fond dans l'environnement - le seul dans ce désert qui offre des commodités - vous dînerez en compagnie de fennecs malicieux semi apprivoisés qui tentent de grappiller les restes. Au matin, vous visiterez la vallée où des fossiles de baleines, de poissons-scies, de tortues géantes témoignent de la suprématie des océans il y a environ 50 millions d'années. Tout le désert égyptien d'ailleurs n'était qu'un immense océan qui nous a légué son sable fin, ses collines calcaires et des quantités énormes de richesses fossilisées.

Vous passerez ensuite par le désert noir nommé ainsi à cause de ses reliefs et formations volcaniques pour parvenir à la montagne de Crystal, porte d'entrée du désert blanc.

Nous ne savions pas à quoi nous attendre. Curieux de ce que nous allions découvrir, et après quelques dunes ainsi que deux ou trois oasis parsemées de palmiers, nous sommes parvenus au plus immense musée de sculptures en calcaire crayeux à ciel ouvert. Imaginez une étendue infinie d'un sable doré strié d'arabesques, coiffé d'un ciel d'un bleu profond parcouru par des nuages échevelés. Sur ces structures, le vent a projeté son souffle ainsi que d'infimes grains de sable pendant un temps immémorial. Il a ainsi façonné des dizaines de meringues appétissantes, des ice cream qu'on voudrait dévorer, des figures animales (oiseaux, lapins, chevaux, chiens en forme de sphinx, etc) humaines, et tout ce que votre imagination peut créer. Toute cette scène est parsemée de morceaux métalliques noirs de toutes les tailles et de toutes les formes, cadeaux des astres qui ont explosé en milliers de fragments de météorites. Cet immense spectacle est absolument féerique et l'on n'a qu'une envie c'est de s'emplir les yeux, la tête, la mémoire et tout ce qui peut servir de support affectif et sensoriel afin de s'en remémorer indéfiniment.  

Ce désert-là est un rêve peuplé de milliers de personnages disséminés sur un immense plateau par cet extraordinaire artiste qu'est la nature. On n'a pas envie d'en sortir.



01/02/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres